AUTEUR RÉGIONALISTE

"Le terme régionalisme en littérature, définit des œuvres évoquant la particularité du monde rural et provincial, de préférence fixées dans le temps. Ce style d'écriture peut s'imprégner de langue régionale et obéit à un désir de narrer un mode de vie de terroir. 

Je me recommande de cette particularité littéraire. Agrémentés d'accent de pays, tous mes ouvrages revisitent le siècle dernier au lendemain de la seconde guerre mondiale. Il en est ainsi de la trilogie de "Le petit Béda" (Isoète), "La maison de la Frisée" (Humussaire), "Les Horsains" et "La Cônèle" (Mots du terroir). Comme Jacques Debronckart, j'aime bien les gens qui sont de quelque part. 

La littérature régionaliste, dite parfois populaire, se doit d'offrir en premier lieu, de la lecture au plus grand nombre de gens. Telle est ma motivation littéraire".  

Daniel Lesage 

Grands auteurs régionalistes : Jean-Pierre Chabrol, Colette, Jean Alambre, René Fallet

=============================================================================

PROCHAINS RENDEZ-VOUS AVEC LES LECTEURS

SAMEDI 15 DÉCEMBRE 2018

de 9h 30 à 12h 30 

 

Dédicaces 

 

I N T E R M A R C H E

Bricquebec (50) 

 

*

SAMEDI 15 DÉCEMBRE (après-midi) 

DIMANCHE 16 DÉCEMBRE (toute la journée)

 

M A R C H E  D E  N O E L 

 

LES PIEUX (50) 

 

          crédit photo : Ouest-France

=============================================================================

N O U V E A U T É

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DESTINS CROISES

Les ploucs font école

Le roman conte l'histoire singulière d'un jeune paysan normand, titulaire d'un modeste CEP, qui, en 1959, mobilisé en Algérie dans le cadre du maintien de l'ordre, se voit bizarrement affecté à faire l'école à des petits algériens. Déluge dans la tête de l'appelé du contingent. Partagé entre ses souvenirs d'enfance marqués par la guerre de 39/45, sa jeunesse à la campagne passée ''au cul des vaches"  et ses projets fondés sur la modernité de l'agriculture, le paysan-instituteur n'imagine pas alors, combien son enrôlement saugrenu va conditionner son destin et celui de ses "écoliers". 

Dans son style caractéristique,Daniel Lesage revisite une période trouble de l'Histoire et met en exergue les idéaux de personnages attachés à leur région natale. 

Mots du terroir - 212 pages - 14 €

=============================================================================

BIBLIOGRAPHIE

LA CONELE

Chuchotis et croassements

Par une belle journée de juin 1957, "Une fille de Bon Sauveur" est retrouvée pendue à une branche de pommier dans un champ de l’acariâtre fermière Gertrude Bichon. Vif émoi parmi les autorités civiles et religieuses "ce n'est pas tous les matins qu'une bonne sœur (une cônèle en patois normand) met fin à ses jours" s'émeut le brigadier-chef Goupillot de la brigade de Sainte-Mère-Eglise, qui décide de diligenter une enquête. Chuchotis et croassements jalonnent la vie de Sœur Dominique qui n'est peut être pas celle que l'on croit. Suspense ! 

C'est à la lecture d'un truculent polar rural, aussi irrévérencieux que drôle, que convie l'auteur. Une caustique énigme sociale, librement inspirée de faits réels, d'un réalisme confondant. 

Mots du terroir - 234 pages - 13 €

=============================================================================

LES HORSAINS

Remue-ménage dans le bocage

A l'issue de la commémoration  du 11 novembre 1962, la population d'un petit village rural découvre que l'ancestral café-épicerie du patelin  ferme ses portes. Repris, le vieux commerce se transforme en Libre Service. L'innovation trouble les habitudes  des habitants, Pire ; ils s'en affectent. D'autant plus que les gérants portent un nom "à coucher dehors" et qu'ils viennent d'un pays où ils auraient "fait suer le burnou aux indigènes et brisé le destin de p'tits gars du contingent". S'en suit une virulente campagne de délation à l'encontre des rastaquouères "venus manger le pain des français".  Remue-ménage  dans le bocage. La vraie personnalité - sinon les bas instincts - de certains villageois éclate au grand jour. 

Une histoire du siècle dernier d'une déconcertante actualité. 

Mots du terroir - 260 pages - 15 €

=============================================================================

NOÉMIE ou l'enivrante senteur des foins

 

Une enfant demande à son papy de lui raconter une histoire "de quand il était petit". Après s'être fait prier, le grand-père finit par narrer à sa petite-fille son amour d'enfance. En l’occurrence,  l'histoire de Noémie, la petite parisienne qui chaque été venait passer ses vacances chez ses grands-parents à la campagne. Cette nouvelle illustrée, (primée par Générations Mouvement Manche en 2017) est un délicieux échange intergénérationnel, plein de tendresse et de poésie, qui a la saveur d'un diabolo menthe

"Noémie ou l'enivrante senteur des foins", ravit petits et grands de 8 à 98 ans. 

Mots du terroir -  54 pages - 9,80 €

 

_________________________________________________________________________________

LES LIVRES PUBLIES SOUS  LE LABEL "Mots du terroir" SONT RÉFÉRENCÉS  DANS 20 POINTS DE VENTES DE LA MANCHE : LIBRAIRIES & DIVERS ESPACES CULTURELS  ET COMMERCIAUX (Voir index : librairies d'accueil).                            POSSIBILITÉ DE LES COMMANDER DIRECTEMENT : daniel-lesage@wanadoo.fr

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA MAISON DE LA FRISÉE

ou Les boulets de la guerre

 

Comment l'arrivée inopinée dans un petit village normand, en 1972, d'un jeune homme à l'accent germanique, en tenue de hippie, dans une ferme délabrée  - dénommée depuis la Libération "La maison de la Frisée" - ravive de vieux démons de la haine et de la chair enfouis jusqu'alors dans la mémoire collective d'une population à l'honorabilité apparemment sans faille. 

L'auteur revisite et confronte des épisodes troubles et difficiles, chargées de rancœurs mal cicatrisées. 

 

Le roman a été nominé au prix Gustave Flaubert en 2015.

 

Editions Humussaire - 234 pages - 18 €

=============================================================================

La trilogie de "Le Petit Béda" conte l'enfance, l'adolescence "Le temps des Copains" et l'âge adulte "Les Vieux de la Veille" d'un gamin né à la campagne, dans le Cotentin, aussitôt après la seconde guerre mondiale.

Une autobiographie romancée d'un campagnard, au cœur des années 50 et 60, empreinte de beaucoup d'humour et de tendresse. Une balade dans le temps très rafraîchissante. 

Editions Isoète (Orep) - 150 pages - 14,50 € l'ouvrage 

DU MÊME AUTEUR

--------------------------------------------------------------------------------------

 

N O U V E L L E

 

Des villages cotentinais

1939 - 1945

Mots du terroir 

 

Le quotidiens des gens de bien durant la guerre

en six nouvelles 

 

Une des nouvelles

"Norbert le petit garçon d'honneur",

a obtenu le 1er  Prix du concours national "Novella" décerné par Générations Mouvement en  2014 

 

--------------------------------------------------------------------------------------

HUMOUR 

L'éloge des concierge (Isoète) - épuisé -

Jeux de maux de la société laborieuse (Eldé

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A N I M A T I O N S

 

 

R   E   V  I   V    R   E     L   E     P   A   S   S   É 

 e n   m i l i e u   r u r a l 

 

 Daniel Lesage  avec ses récits et romans de terroir

propose  des animations gratuites (sur mesure) dans les : 

 

MÉDIATHÈQUES

RÉSIDENCES DE PERSONNES ÂGÉES

EPHPAD

CLUBS DE LOISIRS

contact :daniel-lesage@wanadoo.fr - tel 06 07 38 08 35  

 

 

Qu'ils soient d'ici ou de n'importe quel parage

Moi j'aime bien les gens qui sont de quelque part

Et portent dans leur cœur une ville ou un village

Où ils pourraient trouver leur chemin dans le noir.

 

Voilà pourquoi Jean de Bordeaux, François de Nantes

Voilà pourquoi Laurent, le gars du Canigou, 

Pierre le Normand et toi Joël de la Charente

J'aime tant vous entendre parler de chez vous ! 

 

Jacques DEBRONCKART

"Adelaïde"

=====================

 CE QU'EN DISENT LES     PREMIERS LECTEURS 

 

"J'ai, lu votre petite merveille où j'ai particulièrement apprécié l'art de la rêverie projetant vos personnages du cœur de la campagne normande au fin fond des djebels algériens... et retour. Tout le contraire de ce qu'écrirait un historien. Mais cela, impliquant une telle gymnastique, suscite la meilleure forme intellectuelle" .

        Aimé Faucher

         La Rivoire 73

                    *

"Un beau livre. Il raconte une page de notre histoire. A lire absolument". 

     François Carbonnel

    St Hilaire-Petitville. 50 

                   *

"Un nouveau roman, dépaysant, basé sur des faits réels et qui fait revivre avec l'humanisme cher à l'auteur, deux mondes qui n'auraient jamais dû se rencontrer et qui finiront par avoir des souvenirs communs". 

        Gérard Debard 

         Genissieux  26 

*

"Je recommande ce livre, passionnant à lire" 

Gérard Bourdet 

Cherbourg 50

*

"Monsieur Lesage, je vous remercie encore une fois de la qualité de votre roman".

Léonce Thuilliez

ex-paysan-instituteur

Radon 61

 

=====================

E X T R A I T S

LA CONELE

Chuchotis et croassements 

 

  - Alors comme ça, vous voilà sur le pied de guerre ? C'est terrible ce qui s'est passé hier dans la prairie des Bichon, derrière le Bon Sauveur. La bonne sœur, tout le monde, ici, la connaissait. on se demande bien ce qui lui a passé par la tête à la frangine. Mais comme ils disent dans le journal : ça pourrait être itou un crime ? Compte tenu de sa réputation, ça se pourrait, en effet !  Je suppose que c''est pour cela que vous furetez dans le coin...

(...) 

  - Ah ben dites donc, vous m'avez l'air bien renseigné Monsieur le bistrotier ! Parlez-nous donc de la réputation de la sœur Dominique, que vous semblez si bien connaître...

Le cafetier perd tout d'un coup de sa superbe :

  - Ah mais brigadier... chef, je ne fais que répéter que ce que les gens racontent... Je ne la connais pas plus que ça la défunte bonne sœur. Qu'elle se soit trucidée elle-même ou que quelqu'un l'ait aidée, ce n'est pas mes oignons. Ça ne me regarde pas, hein ? Alors, moi, ce que je vous en dis... En tout cas, c'est bien triste pour le gamin ! 

  - Ces choses-là, c'est toujours pénible pour la famille et surtout les enfants... s’apitoie Sylvain Léonard. 

Estomaqué par le dialogue spontané entre Léonard et Lenoir, le brigadier-chef Goupillot fronce ses ténébreux sourcils : 

  - Qu'est-ce que vous énoncez-là, monsieur le cafetier s'enquiert Goupillot,(...) La sœur Dominique aurait des enfants... Voilà qui n'est pas banal !  

(page 83 - 84)

*********************************

LA MAISON DE LA FRISEE

ou

Les boulets de la guerre

 

(...) Fernande et son frère arrivent sur la petite place de la mairie. Ils marquent un temps d'arrêt :

- Ben il y a du monde !

- Oui autant que le soir du feu d'artifice du 14 juillet 39. Tu te souviens Doudou ? C'était la dernière fête organisée au patelin avant la déclaration de la guerre ! J' me rappelle, t'avais gagné une poupée en costume régionale au stand de tir : une Alsacienne. T'as toujours été fort au tir à la  carabine, hein mon Doudou ?!. la poupée je l'ai toujours. (...) Quand on y repense : trois mois à peine après le fête communale, tu étais mobilisé...

- Ben oui , et j'ai même pas pu montrer mes qualités de bon tireur...Pourtant, Dieu sait combien j'avais envie de me faire du Boche. A cause de la drôle de guerre, je n'en ai pas eu le temps ! Moins d'un an après ma mobilisation, j'ai été fait prisonnier. Quatre ans à me morfondre, à me déglinguer la santé en Germanie !

Edouard montre du doigt Edmonde Pergeot retenue sur le petit perron de la mairie, encadrée de solides gaillards.

- Et pendant ce temps là, l'autre salope s'envoyait en l'air avec l'occupant... 

(page 94).  

 

A l'image du jardinier qui ensemence son potager, 

Daniel Lesage se définit comme un semeur de mots sur du papier.

La présentation qu'il peut faire de ses ouvrages constitue un doux moment de partage avec son auditoire.

Voir ci-contre les possibilités d'échanges.